L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
JE M'IDENTIFIE
Suivez-nous

Retraite anticipée : une carrière plus longue pour ceux nés après 1958

Le dispositif qui permet aux actifs ayant commencé à travailler jeune de partir en retraite de manière anticipée, avant l'âge légal, est impacté par la dernière réforme des retraites. Les actifs nés à partir de 1958 devront avoir travaillé un peu plus longtemps pour en profiter.

Modifié le 8/3/16
Partager

Le départ anticipé pour carrière longue

Entré en vigueur le 1er novembre 2012, le dispositif "carrières longues" offre la possibilité à tous ceux qui ont commencé à travailler tôt de prendre leur retraite par anticipation, à 60 ans ou avant. Ce régime a considérablement assoupli et élargi les conditions de départ anticipé posées par la réforme Fillon en 2003.

Les salariés et les travailleurs indépendants qui ont commencé à travailler jeune, à 14, 15 ou 16 ans, peuvent en effet partir en retraite entre 57 et 60 ans, s'ils satisfont à une condition de durée d'assurance totale, s'ils ont cotisé durant une certaine durée et s'ils ont validé un certain nombre de trimestres de retraite en début de carrière, avant la fin de leur 16ème ou 20ème année selon le cas.

Les conséquences de la réforme des retraites de 2014

La dernière réforme des retraites votée et publiée au début de l'année 2014 a allongé la durée d'assurance requise pour bénéficier d'une retraite à taux plein. Si l’âge légal de départ à la retraite reste fixé à 62 ans, le nombre de trimestres de cotisation nécessaire pour obtenir une pension sans décote augmentera d'un trimestre tous les trois ans, entre 2020 et 2035.

Les actifs nés entre 1958 et 1960 devront ainsi justifier de 167 trimestres (41 ans et 3 trimestres) contre 166 trimestres (41 ans et demi) pour les générations précédentes. Ceux nés entre 1961 et 1963 devront cotiser 42 ans, et ainsi de suite jusqu'à ceux nés à partir de 1973 qui devront cotiser pendant 43 ans.

Une circulaire de la Cnav tire les conséquences de cette réforme sur le dispositif des "carrières longues" pour les actifs nés à partir de 1958. Ils devront soit attendre quelques mois de plus, soit avoir validé quelques trimestres de plus pour pouvoir y prétendre. Par exemple, si vous êtes né en 1969, pour partir en retraite dès 58 ans, vous devrez avoir validé 176 trimestres d'assurance, contre 175 antérieurement. Si vous êtes né en 1973 ou après, vous pourrez partir dès 60 ans si vous avez validé 172 trimestres, contre 167 antérieurement. Un an et un trimestre de plus !

Plus de trimestres valables...

Sachez cependant que la réforme des retraites de 2014 a élargi le champ des trimestres réputés cotisés (trimestres ajoutés aux trimestres travaillés et cotisés, alors qu'ils n'ont donné lieu à cotisations) pour le bénéfice du dispositif "carrière longue". Ont notamment été ajoutés aux 4 trimestres pour service national et à ceux pour maladie, tous les trimestres liés à la maternité, 2 trimestres en cas d'invalidité, 4 trimestres au titre du chômage indemnisé et tous les trimestres de majoration liés au "compte pénibilité" attaché à certains emplois.

Les conséquences de l'accord Arrco-Agirc de 2015

A partir de 2019, les actifs nés en 1957 ou postérieurement devront attendre 63 ans pour liquider leurs retraites complémentaires. S'ils les réclament dès 62 ans, ils supporteront une décote de 10% pendant 3 ans

Conséquence pour ceux qui peuvent prétendre à un départ anticipé pour carrière longue, ils subiront aussi  cette décote de 10% sur leurs retraites complémentaires, sauf s'ils retardent leur départ en retraite d'un an. Ainsi ceux qui peuvent partir dès 60 anbs devront patienter jusqu'à 61 ans.

Auteur : Olivier Puren