L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
JE M'IDENTIFIE
Suivez-nous

Retraite complémentaire : seuls 5 % des salariés attendront 63 ans !

Pour réduire le déficit des régimes Agirc et Arrco, l'accord signé le 30 octobre 2015 prévoit qu'à partir de 2019, les salariés devront attendre 63 ans minimum pour toucher leurs retraites complémentaires sans minoration. Une année de plus que seuls 5 % d'entre eux semblent prêts à accepter.

Modifié le 2/24/16
Partager

Coefficient de solidarité et coefficient majorant

A partir de 2019, les salariés nés en 1957 et après ayant liquidé leur pension à taux plein dans le régime de retraite de base avant 67 ans subiront une minoration de 10 % de leurs retraites complémentaires pendant 3 ans.

Toutefois, ce "coefficient de solidarité" ou malus ne s’appliquera pas si vous décalez d’un an la liquidation de vos retraites complémentaires. Autrement dit, si vous demandez à les percevoir au plus tôt à 63 ans, l'âge légal de départ en retraite étant fixé à 62 ans pour les générations nées à partir de 1955.

Il ne s'appliquera pas non plus dans certains cas particuliers : retraités exonérés de CSG (pour ceux soumis à la CSG réduite, la minoration sera de 5% au lieu de 10%), retraités handicapés, retraités "amiante", etc.

A l'inverse, si vous remplissez les conditions pour bénéficier d'une retraite de base à taux plein mais acceptez de différer la liquidation de vos complémentaires d’au moins 2 ans, vous profiterez d’un coefficient majorant pendant une année : +10% si le départ est différé de 2 ans, +20% pour 3 ans et +30% pour 4 ans. Vous continuerez alors d’acquérir des points de retraite complémentaire pendant cette période, et vous pourrez bénéficier d’une surcote de votre retraite de base, le cas échéant.

95 % des salariés prêts à subir le malus de 10%

Ce chiffre étonnant est une estimation faite par les régimes Agirc et Arrco dans une étude publiée début février sur l'impact de l'accord d'octobre dernier. Plus de 95% des actifs ne modifieront pas leur comportement suite à la mise en place de la mesure, et se verront appliquer un abattement de 10% pendant 3 ans sur leur retraite complémentaire Agirc-Arrco (les deux régimes seront unifiés à partir du 1er janvier 2019).

Une proportion légèrement plus marquée chez les cadres que chez les non cadres. Seuls 1,6% des premiers accepteront de partir un an plus tard, contre 2% chez les seconds. 

Ils sont également très peu nombreux à envisager de poursuivre leur carrière professionnelle 2 à 4 ans de plus pour obtenir un bonus pendant un an : 0,5% chez les cadres et 0,7 % chez les non cadres.

Auteur : Olivier Puren